Châteaubriant * Bain-de-Bretagne

Index
Loire-Atlantique
Index Géo

Carte: IGN Verte 24 Nantes-Châteaubriant, Guide Gallimard Nantes et la Côte de Jade

Distance : 68 Km
Roulé en : Septembre 2001
Caractéristiques : Ni très long, ni très vallonné.
Hôtel : Les Quatre-Vents. Sympathique, bien organisé, bonne cuisine de terroir.
Résumé : Promenade dans une région moins connue et pourtant mégalithes, forges, croix, un poète et la puissante tour du valereux Chevalier Duguesclin.

 

Description :

Direction Nantes, à droite dans la N171 et immédiatement en diagonale sur la gauche dans la D35. Continuer jusqu'à La Treslais et à droite vers Louisfert.

Un dragon y sévissait en des temps reculés et résidait dans la terre. Arriva un jour un moine qui proposa de lui faire sa fête au prix d'une cruche de lait et d'une miche de pain sa vie durant. Les habitants s'empressèrent d'accepter, le moine régla le dossier Dragon et reçu bien plus que la récompense promise, l'histoire tragique de Hamel et de son joueur de flûte semble avoir été connue dans les environs...

Menhir au calvaire
Louisfert avait son poète, René-Guy Cadou, né en Brière mais décédé en 1951 dans cette localité.

Un calvaire fut érigé ici à la fin du 19ième sur l'initiative de l'Abbé Cotteux en utilisant malheureusement des
menhirs des environs.

Certes, un signe très net que les populations locales continuaient à vénérer ces pierres pa´ennes et pourtant la violation d'une culture plus ancienne.
Croix de Palis

Ensuite à droite dans la D40 et de nouveau à droite dans la D69. Courte montée avant St Aubin-des-Châteaux.

Détail de la chapelle des Templiers
A gauche de la route, un peu à l'est de l'église se dresse une chapelle moyenâgeuse des Templiers, construite en grès armoricain et schiste. Elle est vide mais ouverte, murs et architecture forts intéressants.
Menhir des Louëres
A gauche, le long du cimetière et prendre le chemin vers le Menhir des Louëres. En vélo, le chemin est assez cahoteux et fait penser à un ancien "Chemin de Bocage". Joyeuse conversation avec une couple de retraités en promenade.

Ce menhir n'est pas ici par hasard: Le géant Gargantua, assis sur le clocher de Ruffigné, un pied à St Aubin-des-Châteaux, l'autre à Sion-les-Mines, le secoua de son soulier gauche... Un autre caillou se trouve à St Nicolas de Redon, près du pont.

Continuer sur cette route, à droite à la Chapelle et à l'orée de la Forêt de Domnaiche à droite vers La Hunaudière.
Belles croix-palis sur le trajet.

Forge et étang
La forge fut érigée ici au 17ième, il en reste quelques bâtiments et une cheminée.

Et, bien évidemment, l'étang...

Joli coin pour s'attaquer aux provisions.

Puis immédiatement à gauche par Le Châtellier et La Grenetière vers Sion-les-Mines, jolie route dans la vallée, sans oublier le vieux moulin.

Ici, les Protestants, selon l'Edit de Nantes, étaient autorisés à pratiquer leur culte. Ce qui ne plaisait pas à tous, l'on raconte qu'un prêtre aurait avec le manche de sa croix tué le cocher du Marquis de la Rochegiffard qui menait son maître au temple!

Alignements de Gallot
D1 direction Lusanger, à droite de la route un oratoire consacré à la Vierge avec deux menhirs latéraux.

Plus intéressant, sur la colline, l'
Alignement de Gallot, certes, peu important mais unique en Loire-Atlantique.

A droite dans la D39, à la hauteur de La Perdriais gît le menhir "Pierre de la Bergère" mais je n'ai pas réussi à le repérer.

J'avais opté pour Vieux-Bourg à cause de son ancienne église, malheureusement dénaturée en grange, le coup d'oeil faisait mal. Comme consolation, peu avant le croisement avec la D123 une belle croix-palis avec Christ du 18ième. Weiter an der D123 über Mouais, deren Kirche ich leider verschmäht habe und links in die D54.

Donjon
Duguesclin
Incontournable la Tour Duguesclin, dernier reste d'un château construit vers 1420 par la famille des Rieux, fidèle au Duc Jean IVbien à l'encontre du Connétable Olivier de Clisson. Cette forteresse verrouillait la route de Rennes.

Prise d'assaut par les Protestants lors des guerres de la Ligue, il fut finalement détruit sur ordre de Henri IV.

Il n'en resta que ce donjon dans un joli parc avec étang, des plus indiqués pour une halte.

Certes, menaçant de l'extérieur, le donjon a un aménagement intérieur (Gneiss, grès, granit, schiste) qui a des effluves de Renaissance.
Frise
dans l'église
Puis monter vers l'église.

Style roman,
bien que fortement remanié, la nef principale est encore d'origine. Rétables, vitrail de la Crucifixion et une étrange frise.

Sur le placître, une
croix "quadrilobée" (quatre cercles tangents).

croix-palis dans la niche d'un mur.
Croix
devant l'église

D57 vers La Dominelais et St Sulpice-des-Landes. Non loin de là, la Forêt de Teillay et le château de La Roche-Giffard. A gauche dans la D84 qui prend la colline d'assaut, à La Martinais à droite par Le Tertre, en longeant le château de La Noë et l'étang de la Bornière vers Bain-de-Bretagne.

Patrimoine historique pratiquement inexistant, la ville se trouve sur la Route du Sel Redon-Vitré-Le Mans et fut même déplacée au 19ième, église comprise. L'hôtel est fermé le dimanche, mais j'avais pu réserver. J'avais appris la veille par téléphone le numéro de ma chambre et où ranger le vélo, mais gardais une certaine appréhension qui s'avéra inutile: en arrivant, un joyeux jeu de piste me mena de main de maître à ma chambre dans l'annexe. Je n'ai pu déguster la bonne cuisine de terroir que le lendemain soir mais une Crêperie sympathique clôtura la journée.

 

 

Version : 24.02.2007 - Contents : Marzina Bernez

Codewriter: Visual Basic Application - Programmed by : Marzina Bernez
Webdesign & Copyright : Marzina Bernez

URL http://marzina.free.fr/dept44/l/l440063.html